Aliments riches en acide folique

Acide folique ou vitamine B9 important pendant la grossesse

Bienfaits de la vitamine B9  pendant la grossesse

L’acide folique, qu’on appelle aussi les folates ou la vitamine B9, est un élément très précieux dans le bon développement de bébé. L’Institut national de prévention et d’éducation à la Santé recommande de consommer de l’acide folique un mois avant la conception de bébé et pendant les deux premiers mois de la grossesse. C’est cette vitamine qui va favoriser la fermeture du tube neural du fœtus. Si cette fermeture ne s’effectue pas correctement, bébé risque d’être atteint spina bifida ou d’une anencéphalie, malformations particulièrement gaves et handicapantes. Mais elle va aussi permettre le développement des cellules, du système nerveux, des globules rouges de bébé et de sa maman.

Aliments riches en acide folique

Pendant la grossesse, les besoins en acide folique augmentent du fait de la croissance du placenta, de l’afflux sanguin plus important et du développement du fœtus. Votre médecin vous le prescrira en complément dès que vous évoquerez avec lui votre projet de bébé ou quand vous confirmerez votre grossesse.

Mais vous la trouverez également dans de nombreux aliments que vous pouvez régulièrement mettre à vos menus : lentilles, mâche, pois chiches, légumes verts, brocoli, haricots, fruits, blé, céréales complètes, fromage, épinards, asperge, foie de veau ou de volailles, abats, oeufs. Les apports recommandés sont de 0,4 mg par jour chez une femme enceinte.

Publicités
aliments grossesse.jpg

Conseils aliments pour grossesse

Conseils aliments et hygiène pendant la grossesse

Nous conseillons de manger de manière régulière et de répartir ses repas en quantité moyenne. L’ important et de bien respecter l’équilibre nutritionnel, en insistant sur les apports en glucides, en fer et en calcium et d’autre minéraux. Il est essentiel de manger suffisamment, voici les principaux aliments appréciés par nous experts.

Les aliments appréciés par les nutritionnistes

-LES PROTEINES : viandes, poissons, oeufs, sont indispensables pour fabriquer les muscles. Les apports recommandés de protéines sont de 70 g/j pendant la grossesse.
-LES GLUCIDES sont très importants pour le développement du foetus. Il faut privilégier
les sucres lents (féculents) et bien les répartir au cours de la journée. Les risques d’hypoglycémie sont importants après le jeûne de la nuit ; aussi, le petit déjeuner doit-il comporter suffisamment de glucides lents : 40 à 50 g, ce qui représente 80 g de pain ou 6 biscottes ou 60 g de céréales.
-LES LIPIDES sont nécessaires au développement du système nerveux du bébé, au premier rang desquels les acides gras essentiels (AGE).

Alcool ( déconseillé)

L’alcool présente une grande toxicité pour le foetus, notamment pour sa croissance et son développement, tout au long de la grossesse. Sa consommation est donc à proscrire formellement pendant cette période. Tout ce que boit la mère est intégralement consommé par le foetus : après une demi-heure, les alcoolémies maternelle et foetale sont équivalentes. L’alcool peut entraîner des malformations irréversibles, en particulier
neurologiques et cardiaques, même à petites doses et pour toutes les variétés de boissons alcoolisées.

Calcium

Les besoins en calcium augmentent jusqu’à 1200 mg/j pendant la grossesse. Le calcium permet le minéralisation osseuse du bébé ; il protège également la maman des risques d’hypertension artérielle.

Vitamines A, B, C, D

Les besoins en vitamines augmentent pendant la grossesse. Les besoins en vitamines A,B,C sont facilement couverts par une alimentation diversifiée. En revanche, l’acide folique (vitB9) pose plus de problèmes. En effet, beaucoup de femmes en ont un taux assez bas en début de grossesse et un déficit en acide folique augmente le risque de prématurité, de retard de croissance, voire de malformations. Ainsi, conseille-t-on à chaque femme d’augmenter ses apports alimentaires, ou d’avoir recours à une supplémentation, tout particulièrement aux femmes à risques : grossesses multiples, régime restrictif avant la grossesse, besoins antérieurs accrus du fait de la prise de certains médicaments ou d’un tabagisme. La carence en vitamine D est fréquente en fin de grossesse et favorise les hypocalcémies néonatales. Le supplémentation en vitamines D est recommandée pendant la grossesse et elle est systématique au cours du 3ème trimestre.

Fer

Les besoins en fer sont très augmentés au cours des 6 derniers mois de grossesse : 30 à 50 mg/j. La carence en fer (carence martiale) entraîne une anémie qui augmente le risque de prématurité et d’hypotrophie foetale. Les femmes les plus à risques de carence martiale sont les adolescentes, les femmes ayant eu des grossesses multiples
et rapprochées, les végétariennes et les femmes issues d’un milieu défavorisé. En cas
de carence en fer et d’anémie, le médecin prescrira des suppléments en fer.

Iode

Les besoins en iode sont de 100 à 150Ug/jour chez l’adulte et l’adolescent et ils passent à 200-250 Ug/jour chez les femmes enceintes et allaitantes. De nombreuses études témoignent de la grande fréquence des carences modérées en iode, en France, pendant la grossesse et chez le nouveau-né. Les conséquences d’une carence iodée sont variables selon l’importance du déficit et l’âge. Chez la femme enceinte, une carence en iode entraîne des modifications du fonctionnement thyroïdien et une augmentation du volume de la thyroïde. Ces signes sont partiellement réversibles après l’accouchement et récidivent à la grossesse suivante. Chez le foetus, la carence en iode peut être responsable d’un goitre, d’une hypothyroïdie ainsi que d’une altération du développement neuro-psychique et intellectuel des enfants : anomalie de la vision, de la motricité, diminution du développement intellectuel. Au cours de la grossesse, une supplémentation en iode d’au moins 100 Ug/jour par des comprimés comprenant du iodure de potassium est fortement recommandée. Elle doit être débutée le plus précocement possible, voire avant le début de la grossesse.

Autres minéraux: Magnésium et Zinc sont très bien couverts par l’alimentation. Le sel, quant à lui, peut être consommé normalement pendant la grossesse, sauf en cas de contre-indication médicale.

Hygiène pendant la grossesse

L’hygiène avant tout : la main est le principal vecteur de germes qui peuvent ainsi contaminer les aliments et être à l’origine de certaines maladies. Il est donc essentiel de se laver souvent et soigneusement les mains, avant de passer à table et avant toute manipulation de denrées alimentaires, tout particulièrement après être allé aux toilettes,
après s’être mouché et après avoir caressé un animal. Les fruits et légumes crus et les herbes aromatiques doivent être bien lavés avant leur consommation. Les ustensiles de cuisine doivent être nettoyés entre chaque utilisation.Hygiène pendant la grossesse

Respectez les dates limites. Ne consommez jamais un produit après sa date limite de consommation (DLC) signalée par la mention : « à consommer jusqu’au… ».
Cuisez suffisamment, particulièrement les viandes, les poissons ainsi que les légumes qui ont été en contact avec la terre.
Ne conservez pas les restes trop longtemps. Refroidissez les rapidement et stockez les hermétiquement au réfrigérateur.
Conformez-vous aux indications figurant sur leur emballage pour la consommation des produits après leur ouverture.
Évitez les aliments à risque pour la femme enceinte : certains produits de charcuterie (rillettes, langues en gelée,…), les fruits de mer, la viande crue, les poissons crus ou fumés, les germes de soja crus. Préférez le lait pasteurisé et UHT au lait cru. Enlevez la croûte des fromages ; préférez les fromages au lait pasteurisé, les fromages de la famille des gruyères et les fromages fondus.

mal aux oreilles

Soin des oreilles de bébé

Les causes et les soins du mal à l’oreille des enfants

1. Otite
Si votre enfant souffre d’une otite interne, il vous faut consulter un médecin qui vous prescrira peut-être un traitement antibiotique. Cela en vue de lutter contre la bactérie responsable de l’otite. Si vous enfant a de la fièvre, vous pouvez lui donner du paracétamol en attendant pour faire baisser la fièvre.
Souvent les otites moyennes aigues sont liées à une rhinite. Il vous faudra dans ce cas bien nettoyer le nez de votre enfant avec du sérum physiologique et à le moucher. Utilisez un mouche-bébé destiné aux jeunes enfants.
Si votre enfant souffre d’une otite externe, le médecin prescrira des gouttes à instiller dans l’oreille. Une otite externe est due à une inflammation du conduit auditif (après une séance de piscine, un bain de mer). Elle est également douloureuse mais sans fièvre.

2. Un corps étranger dans l’oreille
Une petite bille ou une perle s’est peut-être logée au fond du conduit auditif de votre petit chou et il a mal.
Pour que le corps étranger sorte seul, inclinez la tête de votre enfant du côté opposé mais n’essayez en aucune façon de tenter de l’enlever vous-même. Si rien ne sort, consultez un ORL ou emmenez votre enfant à l’hôpital pour qu’un médecin puisse extraire l’objet. Il vérifiera également si conduit auditif et tympan sont intacts.
Si c’est un insecte qui est entré dans son oreille, un peu d’eau tiède savonneuse ou un peu d’huile permet parfois de le faire sortir. Mais si rien ne sort, encore une fois, consultez.

3. Un bouchon de cérumen
Si votre enfant se touche l’oreille sans arrêt, semble gêné et a l’intérieur de l’oreille bien jaune, il se peut que le conduit auditif soit bouché par du cérumen.
Ne tentez surtout pas de lui nettoyer l’oreille avec du coton-tige, au risque de repousser le bouchon de cérumen dans le conduit. Normalement, il s’élimine seul de l’intérieur vers l’extérieur. Mais la formation d’une pelote de cérumen peut gêner l’audition. Dans ce cas, il faut consulter le pédiatre. Il peut vous prescrire une solution auriculaire à instiller dans l’oreille pour ramollir le bouchon. Il peut également l’enlever mais en aucun cas. il ne vous faut tenter d’enlever le bouchon !
Par la suite, n’oubliez pas de la nettoyer régulièrement les oreilles avec de l’eau tiède deux fois par semaine.

Les signes que votre bébé a mal aux oreilles :

  1. Il se réveille même la nuit pour se plaindre de son oreille.
  2. Il se touche les oreilles constamment.
  3. Il peut même avoir une poussée de fièvre.
  4. Il a les oreilles rouges et gonflées
soin oreilles
click pour commander: Bébé soins Oreille Seringue cuillère Lumière enfant oreilles de nettoyage avec lumière enfants Cérumen cuillère creuser lumineux fouille Oreille propre bébé produit
Masques naturel pour cheveux

5 Masques naturel pour cheveux

Masque pour cheveux fait maison

-Masque capillaire pour cheveux secs aux œufs et à l’huile d’argan

Pour cela, vous aurez besoin d’une cuillère à soupe d’huile d’argan et de 2 jaunes d’œufs. Préparation. Il faut battre les jaunes d’œufs avec l’huile d’argan. Appliquez sur les cheveux pendant environ 20 minutes puis lavez soigneusement à l’eau claire.

-Masque pour cheveux très secs

Pour les cheveux particulièrement secs un masque très nourrissant est indiqué :

  • mettre 1 jaune d’œuf,
  • 1 cuillère à café de miel et 1/2 cuillère à café d’huile de germe de grain ou d’olive.

La lotion s’applique sur toute la longueur des cheveux à l’aide d’un peigne à dents larges pour que le masque pénètre en profondeur. Laissez agir une vingtaine de minutes et rincer abondamment.

-Masque pour cheveux gras

Pour cela, vous aurez besoin d’une poignée de clous de girofle et le jus d’un citron. Préparation. Avec un pilon, réduisez en poudre les clous de girofle et arrosez-les du jus d’un citron.

Faites chauffer la préparation quelques minutes, tout en remuant, pour former une pâte homogène. Laissez-la tiédir, puis étalez-la sur vos cheveux. Patientez 10 minutes avant de rincer à l’eau claire et de faire un shampooing

-Masque pour cheveux à tendance grasse

L’argile verte est la plus connue et la plus utilisée pour entretenir les cheveux à tendance grasse. Voici la recette d’un masque pour réguler l’excès de sébum avec 4 cuillère à soupe d’argile verte en poudre et de l’eau minérale.

Préparation. Mélangez l’argile verte et l’eau jusqu’à obtenir une pâte onctueuse. Faites attention à ce qu’elle ne soit pas trop liquide, sinon le masque va être difficile à appliquer !

Étalez cette pâte sur le cuir chevelu, en évitant les pointes, puisque ce sont en général les racines qu’il convient de dégraisser. Laissez reposer 15 à 20 minutes, rincez et procédez à votre shampooing habituel. Vos cheveux regraisseront moins vite.

-Soin naturel pour cheveux plats

Vous aimeriez avoir une chevelure avec un peu plus de volume ? Diluez 5 cuillères à soupe d’argile verte dans une infusion de lavande (20 g pour 50 cl d’eau).

Ajoutez le jus d’un citron et 5 g de chlorure de magnésium.

Secouez la préparation et utilisez-la en shampooing. Massez, rincez puis laissez sécher vos cheveux naturellement.

toxoplasmose

Tous sur la Toxoplasmose

La toxoplasmose, c’est quoi ?

  • La toxoplasmose est une infection causée par un parasite (Toxoplasma) présent dans la terre et aussi dans les intestins de certains animaux, comme les chats. Le chat, comme tous les animaux de même nature, joue un rôle important car c’est un hôte dit grâce auquel le Toxoplasma va pouvoir devenir adulte, se reproduire et contaminer à nouveau le milieu extérieur par l’intermédiaire des excréments. 

Il existe 3 modes possibles de contamination de la toxoplasmose :

  • En consommant des fruits, légumes et herbes aromatiques contaminés (d’où la nécessité de bien les laver).
  • En consommant de la viande  (porc, mouton, bœuf…) contaminée (d’où la nécessité de bien la faire cuire).
  • Par contact avec la terre, les plantes (en jardinant par exemple), ou des objets souillés par des excréments de chats contaminés.

Quels sont les signes de cette maladie ?

  • Le plus souvent, la toxoplasmose passe inaperçue. Elle peut éventuellement être à l’origine d’une petite fièvre, de fatigue, de maux de tête, de raideurs musculaires, de ganglions gonflés.
  • Elle ne s’attrape qu’une fois. Toute personne qui a été exposée est immunisée à vie.

Quels sont les risques de la toxoplasmose ?

La toxoplasmose est une maladie bénigne, pour vous mais pas pour votre futur bébé si vous êtes enceinte. Chez vous, elle peut provoquer un syndrome grippal modéré. Pour votre bébé, tout dépend du stade de la grossesse.

  • Au premier trimestre, le placenta étant encore peu vascularisé, le risque de contamination est peu fréquent (il est d’environ 5%), mais peut occasionner une fausse couche ou, à terme, des malformations graves et définitives (foie, cerveau, rétine).
  • A l’inverse, le risque de contamination lors des deux autres trimestres est plus grand (40% environ au second trimestre de grossesse et 70% au troisième) et les complications moins fréquentes et moins sérieuses (troubles oculaires comme une inflammation de la rétine et de la choroïde).
  • Heureusement, 80 % des futures mamans sont immunisées avant leur grossesse.

Comment savoir si je suis immunisée contre la toxoplasmose ?

  • La toxoplasmose est une maladie fréquente qui s’attrape généralement dans l’enfance et passe inaperçue, tant elle est bénigne. C’est pourquoi, il est très rare de savoir avant le premier bilan sanguin de la grossesse si on l’a ou non contractée.
  • Dès la première visite prénatale au début de votre grossesse, le médecin vous demandera de pratiquer une sérologie (prise de sang) pour savoir si vous possédez dans votre sang des anticorps contre cette maladie.
  • Vous êtes positive ? Cela signifie que, comme une femme enceinte sur deux, vous êtes immunisée contre ce parasite. Quinze jours plus tard, il vérifie quand même que votre taux d’anticorps est stable pour s’assurer que l’infection est ancienne. Vous voilà tranquille ! Cette maladie ne s’attrape qu’une seule fois et installe une immunité définitive au toxoplasme
  • Vous êtes négative ? Cela veut dire que vous n’êtes pas immunisée. Chaque mois, il faudra réaliser une nouvelle prise de sang pour vérifier que vous n’avez pas été contaminée entretemps.

En quoi consiste le traitement en cas de toxoplasmose

  • Si vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose, vous ferez tous les mois une prise de sang à la recherche d’anticorps. Cela permettra de diagnostiquer une éventuelle contamination. Une amniocentèse peut confirmer le passage du parasite.
  • Dans ce cas, un traitement antibiotique est mis en place tout au long de la grossesse, avec des échographies mensuelles de contrôle.

    Contractée lors du premier trimestre, la toxoplasmose est plus facile à traiter qu’aux deux trimestres suivants. Dans l’immense majorité des cas, le traitement vient à bout du parasite, sans laisser aucune séquelle.

  • Bon à savoir : il n’existe aucun vaccin contre la toxoplasmose.

Quelles sont les mesures de prévention si je ne suis pas immunisée ?

  • Si vous n’êtes pas immunisée, il va falloir prendre certaines précautions pour éviter d’être contaminée par ce parasite. Les mesures de prévention sont simples et vous permettront de vous protéger aussi contre d’autres maladies, comme la listériose ou le ténia.
Que fait le bébé dans votre ventre

Mouvement bébé dans votre ventre

Quoi fait le bébé dans votre ventre ?

Au début vous ne sentez rien et un jour vous ressentez comme des petites bulles ou de légers mouvements. Peu à peu le bébé grossit, prend de plus en plus de place et vous voyez votre ventre sauter sous les coups de pied ou le hoquet. Quand on parle de vie du bébé dans le ventre, on pense tout de suite aux mouvements. C’est le phénomène le plus palpable pour la mère mais sa vie est bien plus riche que cela. Découvrez le panorama de ses activités.

Les mouvements de bébé

Vous ressentez ses premiers mouvements entre la 18ème et la 20ème semaine de grossesse mais votre petit bougeait déjà bien avant sans perception de votre part.

  • A 7 ou 8 semaines, il se met en mouvement et se met à tourner sur le côté. Lorsqu’il est surpris, il réagit.
  • Dès 9 semaines, il bouge ses membres et se met à téter et avaler.
  • A 10 semaines, il enrichit sa palette de mouvements en tournant la tête, en portant la main à son visage ou encore en ouvrant la bouche et en s’étirant.
  • A partir de 11 semaines, il commence à bailler et à 14 semaines, il bouge ses yeux.
  • A partir de cette période, ses mouvements vont s’amplifier et il vous faudra composer avec ses coups de pied, de poings, de coude etc…
  • De 20 à 24 semaines, c’est un acrobate qui vous habite : son activité augmentant, il devient le roi de la galipette.
  • De 24 à 28 semaines, vous verrez probablement votre ventre faire de petits bonds sous l’effet de son hoquet. Il commencera aussi à sursauter en cas de bruits surprenants.
  • A partir de 32 semaines, il dispose de moins de place pour gigoter et son activité va se réduire.
  • A 36 semaines, il va se préparer à découvrir le monde en se retournant tête en bas en vue de l’accouchement. Vous sentirez des coups de pied sous les côtes. Adieu galipettes, il va passez son temps plus tranquillement à sucer son pouce. Sa tête appuiera sur votre périnée en vue de sa venue proche.

De nombreuses activités de découverte

90% à 95% de son temps sont consacrés au sommeil. C’est ainsi qu’il se construit et que ces cellules et organes se développent. Sur les 5% à 10% restant, comme un sportif, il se prépare à la naissance.

  • Dès la 11ème semaine, il baille et il aime ça ! A cette période, il baille deux fois plus souvent qu’un adulte.
  • Au 3ème mois, il découvre l’usage de ses mains. Attraper, agripper, saisir sont ses maître-mots. Il se plait à attraper ses pieds, son autre main ainsi que le cordon ombilical. En plus de sucer son pouce, il découvre son visage et son corps par le toucher.
  • Semaine 17 : la grande aventure de la respiration. Bébé essaie de respirer et fait passer le liquide amniotique dans ses poumons. C’est également à cette période qu’il ouvre et ferme les yeux. Le nerf optique transmet les informations perçues au cerveau. Sa vue reste grossière mais il perçoit des ombres et des mouvements à travers le tissu de l’utérus.
  • Il développe la marche. Eh oui ! Même dans un endroit aussi exigu, il piétine pour développer les muscles de ses jambes. Il fait quelques pas, s’étire, se fléchit comme pour s’échauffer.
  • Votre petit rêve… de quoi ? Personne ne le sait. Lors du dernier trimestre de grossesse, il alterne les phases de sommeil profond et  les phases de sommeil paradoxal. Vers  la fin de votre grossesse, votre bébé fait des siestes d’environ 45 minutes.
  • Il aime se détendre. Avec quoi ou comment se détend-il ? Dès le 5ème mois, tous ses sens sont en éveil ce qui lui permet de réagir aux sons qu’il perçoit et notamment à la voix de sa mère qui contribue à calmer son rythme cardiaque et à le relaxer. Pensez donc à lui parler fréquemment.

Même tout petit, la vie de votre bébé est intense et très orientée vers la grande épreuve à venir : son arrivée sur terre.

Avec une bonne alimentation et une vie saine, vous contribuerez au bon développement de votre enfant pour le faire arriver dans les meilleures conditions.

Constipation enfant

Constipation enfant

En général, elle est plutôt causée par la sédentarité, un manque de fibre ou de liquides ou un niveau de stress trop élevé. Elle peut aussi être causée par un changement majeur dans les habitudes d’un enfant, pendant un voyage, par exemple, ou par la prise de médicaments. La constipation peut être liée à la toilette en soi. Elle peut trouver sa source dans le stress qui entoure l’apprentissage de la propreté, par le fait de trop se retenir longtemps ou par le fait de toujours être pressé quand l’enfant est aux toilettes. Un manque d’intimité ou une toilette de taille inadéquate peuvent aussi être en cause.

Les conséquences de la constipation

La constipation a de nombreux effets sur les enfants. D’abord, elle peut leur causer un sentiment de malaise général. Elle peut aussi faire en sorte qu’ils ont peur d’aller à la selle et ainsi empirer la situation. Une constipation importante peut causer des fissures anales et faire en sorte que les selles sont doublement douloureuses en plus de contenir un peu de sang. Encore une fois, cette douleur peut faire en sorte que l’enfant se retient et empirer la constipation.

La constipation peut éventuellement couper l’appétit des enfants, en plus de leur donner des crampes et être à l’origine d’isolement ou d’une baisse de l’estime de soi. Il est donc important pour les parents d’intervenir quand ils remarquent la constipation chez leur enfant.

Traitement

D’abord, il serait utile d’expliquer à votre enfant qu’il ne faut pas se retenir trop longtemps avant d’aller à la toilette. S’ils resserrent leurs sphincters pour se retenir chaque fois qu’ils ont envie, l’envie passe, mais leurs selles s’accumulent et durcissent. Mieux vaut y aller dès qu’ils ont envie.

En parlant de ce sujet avec eux, vous découvrirez peut-être certaines choses. Peut-être que l’apprentissage de la propreté a été trop strict et intense et que vous devrez leur donner un peu de répit. Peut-être aussi qu’ils ont peur de mal s’essuyer, et que vous devrez leur réexpliquer comment faire. Peut-être qu’ils sont gênés d’aller à la toilette en public et qu’il faudra les rassurer.

Finalement, peut-être que la toilette est trop haute et qu’ils craignent de ne pas se rendre et préfèrent se retenir. Dans ce cas, vous pourrez leur procurer un petit marchepied qui les aidera aussi à atteindre l’évier pour se laver les mains.

Vous devriez aussi tenir un journal des selles qui vous permettra de voir si un réel progrès s’opère suite aux mesures que vous aurez prises.

Alimentation est croissance du bébé

Alimentation est croissance du bébé

Les professionnels de la santé soulignent les bienfaits de l’allaitement au sein pour les nourrissons, surtout au cours des premiers 6 ou 12 mois. Le lait maternel est l’aliment spécialement adapté au système digestif du bébé car il est riche en anticorps qui lui permettent de lutter contre les bactéries et les virus. Et, au cours de la croissance d’un bébé, la composition du lait maternel se transformera pour s’adapter aux besoins nutritionnels du nourrisson.

Vous pouvez continuer l’allaitement au sein même après le 6e mois, lorsque le bébé commence à manger des aliments solides. Le corps médical est convaincu que la santé des bébés bénéficie grandement d’une alimentation mixte qui regroupe le lait maternel et des aliments solides durant la période qui s’étend du 6e au 12e mois.

Bien que le lait maternel soit considéré l’aliment de choix pour la santé d’un bébé, toutes les mères ne peuvent – ni ne veulent – nourrir leur enfant au sein. Dans ce cas, elles peuvent choisir une autre option, celle du lait maternisé enrichi de fer.

Mais, tandis que les laits maternisés se rapprochent du lait maternel en termes de composition et de bienfaits nutritionnels pour les bébés, ils ne lui sont pas identiques. Si vous choisissez un lait maternisé, assurez-vous qu’il est enrichi de fer et qu’il contient les vitamines et minéraux requis. Vérifiez auprès de votre médecin quels sont les laits maternisés qui conviendraient le mieux à votre bébé.

En principe, le corps médical recommande que les nourrissons de 12 mois, ou moins, ne boivent pas de lait de vache car ils le digèrent difficilement. D’ailleurs, ce lait ne leur apporte pas assez d’éléments nutritionnels.

Que vous ayez choisi l’allaitement au sein, ou au lait maternisé, ou encore l’allaitement mixte, on recommande que les bébés soit nourris avec l’un ou l’autre, ou avec une combinaison des deux, au cours des premiers 9 ou 12 mois de leur vie.

En général, si vous pouvez allaiter au sein, c’est préférable pour votre bébé.

Remèdes contre le rhume et la grippe

Différence entre Le rhume et la grippe

Le rhume simple, ou rhume de cerveau, est une maladie virale contagieuse qui infecte les voies respiratoires supérieures. Plus de 200 virus connus sont à l’origine du rhume – voilà pourquoi on peut attraper des rhumes à répétition sans jamais devenir immunisé contre la maladie. La plupart des gens développent de deux à quatre rhumes par année, habituellement durant les mois d’hiver.

La grippe, ou « influenza », est une infection de l’appareil respiratoire supérieur qui est extrêmement contagieuse. Bien qu’ils présentent des symptômes semblables, le rhume simple et la grippe sont des problèmes relativement différents. La grippe est causée par un groupe spécifique de virus appelés « virus de l’influenza ».

Remèdes naturels contre le rhume et la grippe:

Il est possible d’atténuer ou même d’éliminer les symptômes du rhume et de la grippe par la prise de produits naturels comme l’échinacée, le sureau, la vitamine C, le zinc, l’ail et le plantain lancéolé – tous sans somnolence, faut-il le préciser? Vous pouvez ainsi accomplir vos tâches tout en maîtrisant vos symptômes.

Évidemment, le mieux est de ne pas tomber malade, un point c’est tout. Plusieurs suppléments et remèdes naturels peuvent vous aider à y parvenir en réduisant votre risque de succomber aux attaques du rhume ou de la grippe. Ces produits agissent en effet en améliorant le potentiel immunitaire de l’organisme.

Qu’est-ce que l’échinacée?

L’échinacée est une plante bien connue pour le traitement des symptômes du rhume et de la grippe. Elle possède la faculté de renforcer le système immunitaire, augmentant ainsi la résistance de l’organisme aux infections. Echinaforce (faite d’échinacée biologique fraîche) est le seul remède qui s’avère efficace à la fois pour la prévention et pour le traitement des symptômes du rhume et de la grippe. Echinaforce agit sur deux fronts afin de prévenir l’infection. De un, il empêche le virus de s’introduire à l’intérieur des cellules de l’organisme et de s’y multiplier. De deux, il accroît la rapidité avec laquelle les cellules immunitaires réagissent à l’invasion des germes.

Si par malheur vous attrapez un rhume ou une grippe, Echinaforce peut aussi vous apporter un soulagement. La recherche a démontré que ce produit permet de réduire non seulement la gravité des symptômes du rhume et de la grippe, mais également la durée de l’infection en termes de jours. La plus récente étude illustre comment Echinaforce adapte son action à la santé de chaque sujet, en offrant un soutien accru lorsque les besoins de l’organisme l’exigent. Si une personne est stressée, qu’elle est épuisée ou qu’elle fume, Echinaforce travaillera encore plus fort pour la remettre sur pied!

Remède naturel contre la toux

La toux est un réflexe qu’on ne souhaite pas nécessairement combattre, puisqu’elle permet d’évacuer les matières indésirables logées dans les poumons. Une toux utile est celle qui fait remonter les sécrétions jusqu’au « monde extérieur », où elles feront moins de ravages qu’à l’intérieur de votre appareil respiratoire. La toux est toutefois une activité fatigante, voire douloureuse. Pour atténuer les spasmes et liquéfier les sécrétions, faites appel à Bronchosan, une combinaison de lierre et de thym. Cela vous aidera à réduire votre toux, mais lorsque vous tousserez, ce qui doit être expulsé le sera!

Sirop antitussif naturel

Les toux causées par les tissus enflammés dans la gorge sont moins « productives » et plus irritantes, tout comme celles qui vous torturent la poitrine sans vous libérer, ou si peu. Les bourgeons de sapin aident à éliminer les mucosités et à prévenir les infections dues au rhume; depuis des siècles on en fait un sirop reconnu pour ses innombrables vertus curatives. La sève de bourgeons et de jeunes pousses de sapin, fraîchement pressée, contient en effet des substances qui apaisent les bronches et atténuent les toux irritantes. Le sirop apaisant contre la toux d’A.Vogel contient également des sucres naturels qui exercent une action très adoucissante et qui procurent au sirop un goût délicieux.

Traitement de la sinusite

La sinusite est une maladie inflammatoire et infectieuse des sinus qu’on observe de plus en plus fréquemment. Souvent récurrente et chronique, la sinusite peut être consécutive à un rhume ou un grippe, ou encore se manifester seule. Un climat froid et humide, des variations significatives de température et des niveaux élevés de pollution, de même que la consommation de produits laitiers et les allergies alimentaires, sont autant de facteurs qui contribuent au développement de la sinusite. Sinna réunit des ingrédients homéopathiques qui agissent en synergie pour combattre l’enflure des muqueuses enflammées et infectées de même que pour atténuer l’inconfort et la douleur associés à la congestion et à la sinusite.