Booster votre fertilité

 intro-fertilite

Aliments pour tomber enceinte

Les nutritions de préconception que nous révélerons ont pour principe d’ absorber le maximum des vitamines et des minéraux. Ce sont eux qui poussent votre corps pour fonctionner à plein régime, surtout pour avoir  un bébé. En effet, un manque nutritionnel peut-être à l’origine de problème organique. afin de mettre toutes les chances à votre côté suggérer  le régime suivant  au sein de votre couple. Il est important de protéger aussi bien votre corps que le sien. L’alimentation a un impact sur la qualité du sperme. Une étude publiée en 2012 dans la revue Fertility and sterility avait montré qu’un apport en vitamines C, E, zinc et acide folique, permettait d’améliorer la qualité ADN du sperme chez les hommes de 44 ans et plus. Une autre enquête plus récente avait conclu que la consommation de viandes transformées, notamment les saucisses ou le bacon, réduisait la fertilité. A noter que le mieux est de commencer le régime six mois avant la conception pour diminuer la charge de produits toxiques et reconstituer les stocks en micronutriments.

Des antioxydants pour les ovules et les spermatozoïdes

Bétacarotène, vitamine C ou polyphénols : ce sont des antioxydants qu’il faut privilégier. Ils permettent de réduire tous les toxiques qui font flancher votre forme reproductive. On les trouve à profusion dans les fruits et les légumes. Des études montrent que les hommes sont très en manque. Quant au sélénium, il aide à éliminer les métaux lourds tels que le mercure ou le plomb. Cet antioxydant entre dans la composition du sperme. Certains auteurs pensent même qu’il protégerait les ovules et les spermatozoïdes des dommages chromosomiques. On peut le consommer régulièrement dans le poisson, les œufs, la viande, et en faible quantité dans les fromages. La vitamine E est elle aussi importante. Elle protège les membranes des cellules de l’oxydation. Elle est présente dans les matières grasses comme l’huile, le beurre, et en quantité importante dans l’huile de germe de blé.

Antioxydants-Alimentaires

Les huîtres et le foie pour la testostérone

Le zinc améliore aussi bien chez la femme que chez l’homme la production de testostérone qui est l’hormone de la libido. On le trouve essentiellement dans les huîtres et le foie. Côté homme, le zinc a un rôle clé dans la synthèse du sperme, et un manque est directement associé à une diminution des spermatozoïdes. 60 % des hommes manquent de zinc. Côté femme, le zinc prévient les fausses couches du début de grossesse ainsi que les malformations. 75 % des femmes ne reçoivent pas les deux tiers des apports journaliers recommandés. Alors faites-vous plaisir avec un beau plateau d’huîtres de temps en temps.

  carottes-fertilité             huitres-fertilité-femme

Les vitamines B9, B7, B12 contre les fausses couches

Les vitamine B9 et B12 empêcheraient également le risque d’atteinte neurologique de votre bébé. Ces vitamines se consomment dans les asperges, les levures, les épinards pour la B 9 mais aussi dans le foie, le poisson, les œufs, le poulet et le lait de vache pour la B 12. Vous êtes végétariennes ? Celles qui ne consomment que fruits et légumes dans leur alimentation doivent rectifier le tir. En effet, une absence totale de viande peut entraîner une carence en zinc et en vitamine B12. A noter que les œstroprogestatifs augmentent les déficits en vitamine B, surtout pour les femmes étant sous pilule depuis de nombreuses années. Si c’est votre cas, compensez.

vitamineB9

L’inositol ou B7

  • est une vitamine lipotrophe : présente une activité liporégulatrice.
    • freine la stéatose hépatique (effet hépatoprotecteur)
    • agit en association aux vitamines B9, B12 et B6, la choline, la bétaïne et la méthionine dans la stimulation du métabolisme lipidique propre au niveau du foie
    • avec une dégradation des lipides et réduction de l’excès de cholestérol.
  • possède une fonction importante de messager secondaire dans l’action des neurotransmetteurs, des hormones et des facteurs de croissance
    • dans la constitution et l’entretien de la membrane cellulaire (phospholipides) : l’inositol entre (avec la choline) dans la composition du phosphatidylinositol (membrane cellulaire) ; après stimulation hormonale, le phosphatidylinositol (PI) est clivé en diacylglycérol (DAG) et inositol triphosphate (IP3). Voir plus loin.
    • dans la régulation de l’influx nerveux : l’inositol stimule le facteur cellulaire de croissance via la synthèse des phospholipides : en particulier dans la gaine de myéline, cruciale dans la transmission de l’influx nervb 7eux au niveau de l’axone.
    • dans l’équilibre hormonal féminin. et fertilité feminine
  • dans l’insulinorésistance : l’inositol joue un rôle dans le métabolisme des glucides et des lipides et aide, avec l’acide folique et le manganèse, à diminuer la glycémie, les taux de LDL-cholestérol et la pression artérielle systolique chez des femmes enceintes en bonne santé.
  • joue un rôle dans la prévention des complications neurologiques périphériques chez le diabétique (douleurs et picotements dans les extrémités, insensibilité des extrémités…).

Et Bonne chance

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s