aliments grossesse.jpg

Conseils aliments pour grossesse

Conseils aliments et hygiène pendant la grossesse

Nous conseillons de manger de manière régulière et de répartir ses repas en quantité moyenne. L’ important et de bien respecter l’équilibre nutritionnel, en insistant sur les apports en glucides, en fer et en calcium et d’autre minéraux. Il est essentiel de manger suffisamment, voici les principaux aliments appréciés par nous experts.

Les aliments appréciés par les nutritionnistes

-LES PROTEINES : viandes, poissons, oeufs, sont indispensables pour fabriquer les muscles. Les apports recommandés de protéines sont de 70 g/j pendant la grossesse.
-LES GLUCIDES sont très importants pour le développement du foetus. Il faut privilégier
les sucres lents (féculents) et bien les répartir au cours de la journée. Les risques d’hypoglycémie sont importants après le jeûne de la nuit ; aussi, le petit déjeuner doit-il comporter suffisamment de glucides lents : 40 à 50 g, ce qui représente 80 g de pain ou 6 biscottes ou 60 g de céréales.
-LES LIPIDES sont nécessaires au développement du système nerveux du bébé, au premier rang desquels les acides gras essentiels (AGE).

Alcool ( déconseillé)

L’alcool présente une grande toxicité pour le foetus, notamment pour sa croissance et son développement, tout au long de la grossesse. Sa consommation est donc à proscrire formellement pendant cette période. Tout ce que boit la mère est intégralement consommé par le foetus : après une demi-heure, les alcoolémies maternelle et foetale sont équivalentes. L’alcool peut entraîner des malformations irréversibles, en particulier
neurologiques et cardiaques, même à petites doses et pour toutes les variétés de boissons alcoolisées.

Calcium

Les besoins en calcium augmentent jusqu’à 1200 mg/j pendant la grossesse. Le calcium permet le minéralisation osseuse du bébé ; il protège également la maman des risques d’hypertension artérielle.

Vitamines A, B, C, D

Les besoins en vitamines augmentent pendant la grossesse. Les besoins en vitamines A,B,C sont facilement couverts par une alimentation diversifiée. En revanche, l’acide folique (vitB9) pose plus de problèmes. En effet, beaucoup de femmes en ont un taux assez bas en début de grossesse et un déficit en acide folique augmente le risque de prématurité, de retard de croissance, voire de malformations. Ainsi, conseille-t-on à chaque femme d’augmenter ses apports alimentaires, ou d’avoir recours à une supplémentation, tout particulièrement aux femmes à risques : grossesses multiples, régime restrictif avant la grossesse, besoins antérieurs accrus du fait de la prise de certains médicaments ou d’un tabagisme. La carence en vitamine D est fréquente en fin de grossesse et favorise les hypocalcémies néonatales. Le supplémentation en vitamines D est recommandée pendant la grossesse et elle est systématique au cours du 3ème trimestre.

Fer

Les besoins en fer sont très augmentés au cours des 6 derniers mois de grossesse : 30 à 50 mg/j. La carence en fer (carence martiale) entraîne une anémie qui augmente le risque de prématurité et d’hypotrophie foetale. Les femmes les plus à risques de carence martiale sont les adolescentes, les femmes ayant eu des grossesses multiples
et rapprochées, les végétariennes et les femmes issues d’un milieu défavorisé. En cas
de carence en fer et d’anémie, le médecin prescrira des suppléments en fer.

Iode

Les besoins en iode sont de 100 à 150Ug/jour chez l’adulte et l’adolescent et ils passent à 200-250 Ug/jour chez les femmes enceintes et allaitantes. De nombreuses études témoignent de la grande fréquence des carences modérées en iode, en France, pendant la grossesse et chez le nouveau-né. Les conséquences d’une carence iodée sont variables selon l’importance du déficit et l’âge. Chez la femme enceinte, une carence en iode entraîne des modifications du fonctionnement thyroïdien et une augmentation du volume de la thyroïde. Ces signes sont partiellement réversibles après l’accouchement et récidivent à la grossesse suivante. Chez le foetus, la carence en iode peut être responsable d’un goitre, d’une hypothyroïdie ainsi que d’une altération du développement neuro-psychique et intellectuel des enfants : anomalie de la vision, de la motricité, diminution du développement intellectuel. Au cours de la grossesse, une supplémentation en iode d’au moins 100 Ug/jour par des comprimés comprenant du iodure de potassium est fortement recommandée. Elle doit être débutée le plus précocement possible, voire avant le début de la grossesse.

Autres minéraux: Magnésium et Zinc sont très bien couverts par l’alimentation. Le sel, quant à lui, peut être consommé normalement pendant la grossesse, sauf en cas de contre-indication médicale.

Hygiène pendant la grossesse

L’hygiène avant tout : la main est le principal vecteur de germes qui peuvent ainsi contaminer les aliments et être à l’origine de certaines maladies. Il est donc essentiel de se laver souvent et soigneusement les mains, avant de passer à table et avant toute manipulation de denrées alimentaires, tout particulièrement après être allé aux toilettes,
après s’être mouché et après avoir caressé un animal. Les fruits et légumes crus et les herbes aromatiques doivent être bien lavés avant leur consommation. Les ustensiles de cuisine doivent être nettoyés entre chaque utilisation.Hygiène pendant la grossesse

Respectez les dates limites. Ne consommez jamais un produit après sa date limite de consommation (DLC) signalée par la mention : « à consommer jusqu’au… ».
Cuisez suffisamment, particulièrement les viandes, les poissons ainsi que les légumes qui ont été en contact avec la terre.
Ne conservez pas les restes trop longtemps. Refroidissez les rapidement et stockez les hermétiquement au réfrigérateur.
Conformez-vous aux indications figurant sur leur emballage pour la consommation des produits après leur ouverture.
Évitez les aliments à risque pour la femme enceinte : certains produits de charcuterie (rillettes, langues en gelée,…), les fruits de mer, la viande crue, les poissons crus ou fumés, les germes de soja crus. Préférez le lait pasteurisé et UHT au lait cru. Enlevez la croûte des fromages ; préférez les fromages au lait pasteurisé, les fromages de la famille des gruyères et les fromages fondus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s